• English
  • Français
  • Deutsch
  • Italiano

Utilità

Vos vacances entre mer et montagne ...
Vos vacances entre mer et montagne ...
Vos vacances entre mer et montagne ...
Vos vacances entre mer et montagne ...
Vos vacances entre mer et montagne ...
Vos vacances entre mer et montagne ...
Vos vacances entre mer et montagne ...
Val Bormida

Vous pouvez accéder à l’Alta Val Bormida à travers de nombreux itinéraires, de la Ligurie et du Piémont. Mais nous vous suggérons bien plus que ces nombreuses possibilités pour la rejoindre à partir de Finale Ligure, à travers la mémorable hêtraie du Col du Melogno. Le paysage se transforme virage après virage, entre églises paroissiales et agritourismes, entre panoramas et fortifications, et se fait peu à peu montagnard, pour enfin atteindre les 1000 mètres d’altitude. Au sommet du Col, l’air est toujours frais, dans les matinées claires vous pourrez profiter d’une vue unique sur l’une des parties les plus scintillantes de la côte occidentale. L’Alta Via dei Monti Liguri court à proximité. La route descend alors comme un ruban de velours vers Calizzano, une terre de fonds salutaires et de champignons renommés, un village tranquille de villégiature où vous pouvez encore entendre les cloches qui sonnent les heures et sentir l’odeur du bois (en hiver, les poêles brulent le bois pendant longtemps, parfois il neige, et à Noël une crèche à grandeur naturelle se dresse dans l’église). On se sent bien à Calizzano, la ruelle principale est animée de boutiques et de fleurs, partout de délicieuses spécialités gastronomiques, les promenades dans la nature verte, les visages souriant, les petites églises...

De la petite ville (le croisement est un rond-point gracieux avec un parterre de fleurs) partent de nombreuses routes. Une vers le nord monte au Col « Dei Giovetti » et une autre à travers Massimino, la plus petite Commune de la Ligurie, descend à Bagnasco, dans Vallée piémontaise de Tanaro entre Ceva et Ormea, et Langa. Une autre en direction du sud conduit en 5 minutes au plateau de Bardineto, célèbre pour son château féodal qui date du XIIIème siècle, les propositions pour la randonnée à pied ou à vélo sont nombreuses, et la fête nationale du champignon a lieu le troisième dimanche de septembre. Vous êtes d’ailleurs aux pieds du mont Carmo, l’un des plus hauts sommets de toute la Ligurie. La route est praticable grâce au hors-piste, un tracé ardu monte d’abord vers le mont, puis rendez-vous au sud vers Giustenice. A partir du rond-point de Calizzano, un autre itinéraire part en direction de Murialdo, bourgade aux maisons dispersées qui doit son nom au latin “murus altus” (haut mur). A Riofreddo visitez le musée des arts et traditions populaires. Dans le hameau Ponte, ne manquez pas l’extraordinaire San Lorenzo, avec son campanile gothique dessiné au crayon et ses beaux intérieurs, un lieu tellement authentique qu’ils accueillent en permanence des mariages et des baptêmes. Enfin, dans le hameau de Piano, la chapelle en retrait des Saints « Gervasio » et « Protasio », est accessible, avec prudence, en voiture. Par ailleurs, si vous aimez l’art contemporain, Maria Giulia Drago œuvre à Murialdo. Fille d’un peintre divisionniste connue, elle organise dans sa candide maison-atelier de remarquables expositions et événements “vingtième siècle” (avec des œuvres de Federica Galli, Giovanni Testori, Fortunato Depero, Lucio Fontana…). Maria Giulia, à son tour, peint, et vous montrera ses “tourbillons” de couleurs qui rappellent en quelques sortes Sonia Delaunay. Un peu à l’extérieur de Murialdo, un croisement mène en deux minutes au lac bleu azur d’Osiglia, un ample bassin artificiel surmonté au centre du pont panoramique « Manfrin » (où parfois, des pêcheurs sont assis et attendent patiemment le poisson...). Le lac, avec sa promenade et son embarcadère, est le paradis des baigneurs, des canoéistes, des planchistes, la cime des arbres centenaires se reflète dans les eaux claires.

A partir d’Osiglia, vous pouvez explorer en voiture Bormida et son petit lac aux pieds du « Bric Settepani » (“bric” signifie montagne), Pallare, village des chênes et des cadrans solaires, avec l’ancienne abbaye de Fornelli cachée dans les bois, Mallare avec le sanctuaire de l’Eremita (sanctuaire de l’ermite) et la “trattoria” voisine. Vous voyagerez sur des routes tortueuses, mais sans aucune circulation, rares aussi les signes de l’homme, et partout des collines vertes, des sentiers, des silences, des moulins. Partout les cyclotouristes et les randonneurs... En reprenant la route de Murialdo, et en dépassant le paysage du sanctuaire du « Deserto », seulement 5 kilomètres vous séparent désormais de Millesimo. La localité figure avec mérite dans le circuit des “villages les plus beaux d’Italie”.

Le centre historique, auquel vous pouvez accéder par la Via Del Carretto et les arcades de la Piazza Italia, est une succession de beautés et de mémoires historiques. Immédiatement sur votre droite, le château avec l’émouvant musée napoléonien (Bonaparte a combattu pendant longtemps sur ces terres), puis la place avec la merveilleuse mairie. A votre gauche, le long de la Bormida, l’ancien pont de la Gaietta “ à dos d’âne”, la Maison de la fondation, et puis San Rocco. Une fois la Piazza Italia dépassée, en prenant la “Via Trento e Trieste”, vous rencontrerez enfin la romane, sévère Santa Maria extra muros et la Villa Centurione Scotto. A partir de Millesimo, poursuivez en direction de Carcare et Altare, lieux de vitreries et de céramiques, de truffes et de châtaignes. Carcare est une petite ville tranquille et gracieuse avec un beau centre historique (profitez des nombreux restaurants Via Garibaldi et Via Castellani et de l’élégant « palazzo comunale » (la mairie). Tout autour, les collines, où autrefois fleurissait l’élevage de bétail. Le paysage est si limpide, rural et à mesure d’homme qu’il n’est pas rare qu’à Carcare demeurent les artistes de ladite “scuola dei grigi”, cénacle dans lequel sont regroupés Rayper, Issel, De Andrade…, pour peindre du vrai à la manière des impressionnistes français et des « macchiaioli » (mouvement pictural toscan). De Carcare, un carrefour vers le nord conduit à Cairo Montenotte, “capitale” de la vallée, dont la visite nécessite au moins une demi-journée. La vieille ville est un rectangle “défendu” par l’enceinte de la muraille qui date du XIVème siècle, une immersion totale dans le moyen-âge et...dans le shopping. De nombreuses boutiques artisanales et magasins typiques proposent de la viande, du vin, des champignons, des truffes, du fromage, qui viendront solliciter vos sens.

En reprenant la route de Carcare, vous rejoindrez en peu de temps Altare, près du col de Cadibona où l’Apennin se mêle aux Alpes. Le centre historique de la petite ville est minuscule mais séduisant. Le Musée du Verre vaut le détour, avec en annexes une salle d’exposition et une bibliothèque, aménagé dans la délicieuse Villa Rosa, joyaux liberty du début du XXème siècle (la villa est devenue en 1992, propriété de l’Etat et la Surintendance pour les biens environnementaux et architecturaux et la restauration qui en suivit fut achevée en en 2005.) Le Musée retrace l’histoire ancienne de la verrerie d’Altare, grâce à 12 salles d’exposition et aux projections filmées, en proposant au visiteur une culture artisanale (vases, bouteilles, objets de la vie quotidienne) dont il reste des témoignages exceptionnels de 1750 à 1950.

Cairo Montenotte, SV
Javascript est nécessaire à la visualisation de cette carte.

Routes

Versilia
Versilia, une des premières grandes...
La Côte d’Azur
La Côte d’Azur et la Principaut...